Cap Avenir Concorde

Site officiel de l'Association – www.capavenirconcorde.com

  • Calendrier

    février 2014
    L M M J V S D
    « Nov   Mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Statistiques

    • 76,972 Visites

Triste nouvelle : Edouard CHEMEL vient de nous quitter à l’âge de 85 ans

Posted by Association Cap Avenir Concorde sur 16 février 2014

Edouard CHEMEL né le 15 mars 1929, entre à Air France comme radionavigant en 1948, à l’âge de 19 ans. Autodidacte éclairé, animé par l’unique passion de voler, il obtient très vite ses brevets de pilote. Il est choisi comme commandant de bord sur Concorde en 1983 et devient chef du personnel navigant technique sur cet appareil.
Pour lui rendre hommage, extraits de son dernier livre “Concorde mon amour » paru aux éditions Privat au printemps 2013 :
« J’ai passé plus de 40 ans à Air France, dans cette famille de grands professionnels, avec une relation tissée de tendresse et de respect. Le personnel de la compagnie m’a aidé à passer de radiotélégraphiste au sol à chef du personnel navigant technique sur Concorde.
J’ai commencé ma carrière avec quelques-uns de ces hommes qui avaient défriché les lignes de l’Aérospatiale, d’Air Bleu et d’Air Orient, et c’est avec que j’allais apprendre mon métier. Mon apprentissage s’est fait d’homme à homme, dans la solitude des cockpits, à la poursuite de ce ciel que j’ai tant aimé“.
“Dans les autres avions, quand on regardait au-dehors, la fin de la courbe céleste s’étalait sous l’horizon. Les étoiles se baignaient dans la mer, en quelque sorte. Comme sur l’Atlantique Concorde était toujours en croisière ascendante, légèrement cabré, il fallait se pencher pour voir les étoiles se coucher à nos pieds. Le ciel de Concorde, c’était ça : voir le soleil se lever à l’Ouest parce que l’oiseau blanc allait deux fois plus vite que lui, pouvoir pendant des heures s’imprégner d’un bleu pratiquement violet métallisé, immatériel, une couleur que les cosmonautes et nous-mêmes étions les seuls à connaître. Il faut avoir approché la stratosphère avec ses étoiles pour s’imaginer cette vitrine de joaillier ».

Publicités

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :