Cap Avenir Concorde

Site officiel de l'Association – www.capavenirconcorde.com

  • Calendrier

    mai 2012
    L M M J V S D
    « Avr   Août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Statistiques

    • 74,939 Visites

Le plus talentueux des ingénieurs navigants s’est éteint le 6 mai 2012

Posted by Association Cap Avenir Concorde sur 7 mai 2012

Suite au décès d’Henri Perrier, Bernard Keller, maire de Blagnac et vice-président de Toulouse métropole déclare :

« Henri Perrier nous a quittés et c’est toute la Communauté aéronautique qui est en deuil. Ingénieur navigant puis directeur du programme Concorde, il incarnait la compétence de ces pionniers de l’aérospatiale française qui ont permis la naissance d’Airbus.

La rigueur professionnelle, le timbre de sa voix, sa mémoire époustouflante, la clarté de son propos exprimé dans un français toujours impeccable portaient la signature d’un homme hors du commun, appelant respect et considération.

Affecté par l’accident tragique de Gonesse et bien qu’à la retraite, il a mis toute son énergie, le brio de son jugement et sa connaissance parfaite de l’avion pour remettre en vol Concorde. Sa mise en examen a été vécue comme une épreuve infligée, inutile, ingrate et finalement injuste. Un sentiment partagé par tous ceux qui ont permis la « success story » de notre aéronautique.

Le timbre haut et clair d’Henri Perrier va nous manquer.
A sa femme Marie-Claire, à ses enfants et la grande famille aéronautique, je veux témoigner toute ma sympathie attristée. »

B. Keller

André Turcat, pourtant avare en compliments, l’a qualifié «d’étoile de la profession», ingénieur navigant d’essais qui a profondément marqué son époque, depuis le Vautour jusqu’à Concorde, programme dans lequel il a joué un rôle essentiel pour finalement en devenir directeur. Il était tout simplement la compétence faite homme, connaissant «ses» avions dans les moindres détails, au point de servir de référence incontestable aux yeux des équipes dont il avait fait partie ou qu’il avait dirigées.

Né à Paris le 26 juin 1929, sorti de Sup’Aéro en 1953, de l’EPNER deux ans plus tard, il avait rejoint la SNCASO en 1956. Il y fit une belle et grande carrière, dans le cadre de la société du Sud-Ouest puis sous les appellations Sud-Aviation et Aerospatiale. Près d’un demi-siècle d’aviation française et franco-britannique, occupant successivement les fonctions d’ingénieur navigant d’essais de la société puis de directeur de l’avion supersonique de 1976 à 1989.
Henri Perrier a travaillé avec les plus grands, de Lucien Servanty, Pierre Satre, Jean-Charles Parot et Etienne Fage en passant par Gilbert Cormery, Jean Rech et beaucoup d’autres. Commentaire d’André Turcat : «il était le modèle reconnu pour la rigueur et l’étonnante mémoire qui permettaient le jugement le plus éclairé sur les avions, mais aussi sur les hommes, en toute fraternité». Un jour, nous avions regretté qu’il ne prenne pas la plume pour raconter ses souvenirs, ses campagnes, pour partager sa grande expérience et laisser un témoignage à la postérité. Il avait aussitôt écarté l’idée, parce qu’il préférait rester en retrait et éviter le risque de porter un jugement, même involontairement, sur ses collègues.
L’accident tragique survenu à un Concorde d’Air France en juillet 2000 avait meurtri Henri Perrier. Mais, de son point de vue personnel, le pire était à venir, sa mise en examen, en sa qualité d’ancien directeur du programme, lors du procès qui s’était déroulé il y a deux ans. Il était aussitôt apparu comme la référence incontournable sur les caractéristiques de l’avion supersonique au point, par moments, de faire oublier les raisons pour lesquelles il se retrouvait à la barre du tribunal de grande instance de Pontoise : trente-cinq interventions en 4 mois.
C’était là une épreuve. Laquelle se serait répétée, ces semaines-ci, à l’occasion du procès en appel décidé au lendemain du verdict prononcé le 6 décembre 2010, procès actuellement en cours à Versailles. Lors de la première audience, le 8 mars dernier, les juges avaient constaté l’absence d’Henri Perrier, retenu par une implacable maladie. Les avocats du groupe EADS (en sa qualité d’héritier d’Aerospatiale) avaient demandé, mais en vain, le report du procès : «la voix de M. Perrier est indispensable », avait dit l’un d’eux, aussitôt conforté par ses collègues, y compris ceux de la partie adverse.
«Il manque une personne extrêmement importante dans ce procès, le dernier survivant de l’épopée Concorde», avait souligné un autre avocat, «nous ne pouvons pas sous substituer à lui en quoi que ce soit» avait renchéri l’un de ses collègues. Me Fernand Garnault, avocat d’Air France, avait alors ajouté que le procès en appel «obligeait» à la présence d’Henri Perrier, proprement indispensable. Ce jour-là, Me Olivier Metzer, pourtant avocat de Continental Airlines, avait exprimé haut et clair son profond respect pour Henri Perrier, le qualifiant de «pape du Concorde». Un hommage inhabituel, remarquable.
Après une longue délibération, la Cour n’en avait pas moins rejeté le report du procès et avait décidé d’entendre Henri Perrier en un deuxième temps, en janvier 2013. Il n’en sera malheureusement rien. Restera l’image d’un grand serviteur de l’aéronautique, aux compétences exceptionnelles, capable de mener à bon port les tâches les plus difficiles. Il demeurera un bel exemple.
Pierre Sparaco – AeroMorning

Philippe Bianco : « Je viens d’apprendre une triste nouvelle, Henri Perrier, a été battu par la maladie, lui qui avait fait gagner tant de batailles au Concorde. C’est moche de partir ainsi, avec ce procès en cours qui n’en finit pas.

Henri et ses collaborateurs de l’époque nous ont permis les vols supersoniques civils pendant 27 ans. Alors ne l’oublions pas…  »

Olivier Jordan : « Je suis à la fois attristé pour cet homme si gentil, si compétent et si humble qui n’appréciait pas de se mettre au 1er plan, mais qui aimait à parler de son bijou, ne rechignant jamais à nous donner quelques détails techniques connus de lui seul…
Mais je suis aussi très énervé envers cette justice qui ne sait parfois pas s’arrêter et cette volonté de chercher un coupable là où il n’y est pas ; en cause ces satanés enjeux financiers qui lobotomisent l’esprit de certaines personnes avides de fortune et qui finissent par oublier que l’argent ne contribue pas nécessairement au bonheur, mais fait souvent le malheur de gens innocents.

D’Henri, je retiendrai l’image d’un homme simple et généreux, jamais avare d’explications concernant sa belle machine qu’il a su, tel un Gepetto des temps modernes, façonner avec amour.

Chapeau bas Monsieur Perrier, puisses-tu enfin te reposer en paix et merci d’avoir contribué à la création d’un de nos plus beaux rêves.

Tristes salutations,

Olivier Jordan, Président CAC »

Publicités

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :